• L'Histoire commence à Sumer

    L'Histoire commence à Sumer

    Ce 11 novembre sort une version augmentée et revue en poche du livre de Samuel Noah Kramer, qui a écumé les universités et musées pour dénicher les textes sumériens et les traduire, et quel thème éclairant, que je commenterai pas, ceux qui liront l'article auront compris s'ils ont appris les bases de l'astro. Pourquoi dit il que l'Histoire commence à Sumer ?

    L'histoire commence avec l'écriture, c'est pour cela que l'on dit préhistoire, pour les temps sans l'écriture. La protohistoire, elle, c'est un peuple sachant écrire qui fait l'histoire d'un peuple qui n'écrit pas. Exemples les envahisseurs de Phocée, fondateurs de la Gaule, écrivant sur les Keltoi (celtes), ou encore les portugais et espagnols écrivant sur les indiens d'Amérique. La plus ancienne trace d'écriture datant de Sumer, ce mot d'Histoire commençant avec eux n'est pas volé. Et quelles histoires à l'aspect contemporain !

    Tout d'abord, une tablette de lamentation, un père se désole que son fils déserte l'école des scribes (hé oui, déjà à l'époque, les fils rebelles), extrait :

    "Ou as tu été ?

    - Je n'ai été nulle part.

    - Si tu n'as été nulle part, pourquoi muser comme un fainéant ? va à l'école, présente toi au père de l'école, récite ta leçon, ouvre ta sacoche, grave ta tablette, laisse ton grand frère calligraphier ta nouvelle tablette. Quand tu auras terminé ta tache et l'auras montrée à ton surveillant, reviens vers moi sans flâner dans les rues. A présent, as tu retenu ce que j'ai dit ?

    - Oui, je l'ai retenu.

    - Et bien répète le moi.

    - Je le répéterai.

    - Dis.

    - Je le dirai.

    - Et bien, dis le moi.

    (il répète mot pour mot l'ordre).

    Le père termine par une leçon de morale, de ne pas trainer dans les rues ni le jardin public, et que le père ne faisait pas cela étant jeune, il respectait ses ainés. On pourrait écrire une histoire similaire en 2015, rien n'a changé, même le foutage de gueule du fils.

    Kramer évoque la plus ancienne tablette juridique découverte, antérieure à Hammurabi, les premières tablettes médicales, du tribunal, du parlement, d'agriculture. Mais ce sont bien sur les tablettes cosmologiques les plus intéressantes :

    "Quand le ciel (An) eut été éloigné de la terre,

    Quand la terre (Ki) eut été éloignée du ciel,

    Quand An eut emporté le ciel,

    Quand Enlil eut emporté la terre".

    Enlil, dieu de l'air, symbole du cancer, signe de la chute (fond du ciel), est donc celui qui fait chuter la terre en la séparant du ciel, comme suit

    "Le seigneur, décidé à produire ce qui était utile,

    Le seigneur, dont les décisions sont immuables,

    Enlil, qui fait germer de la terre la semence du pays,

    Imagina de séparer le ciel de la terre,

    Imagina de séparer la terre du ciel"

    Pour résumer ces tablettes :

    Au commencement était la mer primordiale. On ne dit rien de son origine ou de sa naissance, et il est bien possible que les sumériens l'aient conçue comme ayant éternellement existé.

    Cette mer primitive produisit la montagne cosmique, composée du ciel et la terre encore mélangés et réunis.

    Personnifiés, conçus comme des dieux à forme humaine, le ciel, donc le "dieu An", joua le rôle de mâle, et la terre, déesse Ki, le rôle de femelle. De leur union naquit Enlil, l'air (lil) qui sort d'An et donc sépare le ciel de la terre.

    Avec la désunion produite par l'air, An emporte le ciel, et Enlil emporte la terre (il reste avec sa mère Ki, donc). Et l'horreur, il s'unit avec sa mère, union contre nature qui ne pouvait que produire Mercure (ensuite assimilé à Saturne dans le capricorne par les gréco-romains), Enki (Enlil+Ki). Enki lui sera proche du grand-père, opposé à son père, et devient le roi de l’abîme (devenant Satan, démonisé, celui s'oppose au faux dieu Jupiter/Enlil). Il crée les dieux formant l'ordre divin inférieur, et lors d'une fête, Enki et la déesse Ninmah, ayant trop bu, prennent de l'argile de l’abîme, et elle conçoit 6 races différentes, toutes anormales. Quand à Enki, il leur donne vie en leur donnant du pain, et fixe leur destin par décret, extrait :

    "Le 5ème, Ninmah en fit une femme incapable de mettre au monde. Enki, voyant cette femme incapable de mettre au monde, décida de son sort, et la destina à demeurer dans le gynécée.

    Le 6ème, elle en fit un être privé d'organe mâle, privé d'organe femelle. Enki, voyant cet être privé d'organe mâle, privé d'organe femelle, décida que son destin serait de marcher devant le roi."

    Enki, complètement ivre, se met à créer une race également, la 7ème (exaltation de Saturne, normale pour Enki le Saturnien) c'est nous, "il a le corps chétif et l'esprit débile". Enki demande alors à Ninmah de lui venir en aide, elle tente tout ce qu'elle peut, mais ils n'arrivent à rien, l'humain reste débile.

    Mais c'était quand même un age d'or pour cet humain :

    "Autrefois, il fut un temps ou il n'y avait pas de serpent, pas de scorpion,

    Il n'y avait pas d'hyène, il n'y avait pas de lion,

    Il n'y avait pas de chien sauvage, ni de loup,

    L'Homme n'avait pas de rival".

    Extrait astrologique évident, pour celui qui connait son solfège astrologique. Hélas, l'age d'or se termine par le "maléfice d'Enki", celui ci fait chuter le pouvoir d'Enlil sur la Terre (capricorne, exil de Jupiter).

    Je ne peux finir cet article introductif (il faut des articles dédiés pour expliquer la suite de ce livre culte) sans les excellents proverbes sumériens :

    "Pour le pauvre, mieux vaut être mort que vivant : s'il a du pain, il n'a pas de sel; s'il a du sel, il n'a pas de pain; s'il a de la viande, il n'a pas de "moutarde"; s'il a de la "moutarde", il n'a pas de viande".

    "Le pauvre emprunte et se fait du souci"

    "Ma femme est au temple. Ma mère est au bord de la rivière et moi je suis ici, crevant de faim"

    "Une femme dépensière, à la maison, ajoute la maladie aux ennuis"

    "Pour le plaisir : mariage. A la réflexion : divorce"

    "Un cœur joyeux : la mariée. Un cœur affligé : le marié"

    "La cruche dans le désert est la vie de l'homme. La chaussure est la prunelle de l'homme. L'épouse est l'avenir de l'homme. Le fils est le refuge de l'homme. La fille est le salut de l'homme. La bru est l'enfer de l'homme".

    "L'amitié dure un jour, la parenté dure toujours".

    "Qui bâtit comme un seigneur vit comme un esclave; qui bâtit comme un esclave vit comme un seigneur".

    "Tu peux avoir un maitre, tu peux avoir un roi, mais l'homme à redouter, c'est le percepteur"

    L'Histoire commence à Sumer

    « Guadeloupe, iles d'Utopie uranienneIsrael, Sionisme, Netanyahu et cie »

    Tags Tags : , , , , ,